Lettre C

Home/Lettre C
Lettre C 2017-03-30T16:02:10+00:00

LE VOCABULAIRE du SEXE

— C —

Call girl : c’est une femme qui offre des services d’escorte et sexuels que l’on peut joindre par téléphone ou par Internet. Soit elle se déplace pour rencontrer son client, soit elle le reçoit directement chez elle. La call girl peut travailler de façon indépendante en étant déclarée comme tel ou être employée par une agence.
Cantharide : du grec kantharis, c’est un insecte coléoptère vert doré, long de 2cm, fréquent sur les frênes. Les préparations à base de cantharide étaient autrefois réputées aphrodisiaques.

Cantharidine : substance toxique active obtenue à partir des cantharides. Son ingestion provoque une irritation inflammatoire aiguë des voies génito-urinaires.

Chatte : terme vulgaire pour désigner la vulve de la femme. Ce terme usuel est d’inspiration vétérinaire qui définissait ainsi la vulve des animaux.

Caractères sexuels : particularités physiques ou biologiques du corps humain se développant lors de la puberté sous la stimulation des hormones sexuelles. Les caractères sexuels primaires sont directement liés à la reproduction alors que les caractères sexuels secondaires soulignent la différence morphologique des sexes.

Castration : ablation ou la destruction d’un organe nécessaire à la reproduction : l’ablation des testicules qui rend l’homme infertile ou l’ablation des ovaires qui rend la femme stérile. On parle également de « castration chimique » pour signifier l’effet des thérapies anti-androgènes.

Chasteté : synonyme d’abstinence sexuelle

Circoncision : ablation totale ou partielle du prépuce qui entoure le gland du pénis, pratiquée généralement pour des raisons médicales ou religieuses.

Climatère masculin : synonyme d’andropause chez l’homme.

Clitoridectomie : ablation ou excision du clitoris. C’est un rite d’initiation de certains peuples que nos sociétés occidentales essaient d’interdire pour le respect du corps et du plaisir de la femme.

Clitoris : vient du grec, qui désigne le « verrou » ; et en effet, ce petit organe très vascularisé, implanté au-dessus de la fente vulvaire, parfois même à peine visible sous son « capuchon » ou caché par les grandes lèvres, est bien « la clé » de la sexualité féminine. Turgescent lorsqu’il est stimulé, il ne présente pas à proprement parler d’érection, mais les similitudes de sa structure vasculaire avec celle de la verge, lui offrent les mêmes garanties d’hypersensibilité. Les ressemblances s’arrêtent là car pour transmettre efficacement des messages voluptueux le clitoris doit avoir préalablement suivi un « stage » d’initiation. L’orgasme féminin n’est pas inné comme chez l’homme, mais obéit à des réflexes conditionnés dont les plus rentables sont ceux qui sont précocement acquis par la masturbation.

Coït : mot latin coire signifiant : se joindre, se réunir, aller ensemble qui est devenu l’expression savante de « l’accouplement », aussi bien pour l’homme que pour les animaux. Mais l’usage réserve le sens de coït aux rapports sexuels entre deux personnes et habituellement aux pénétrations vaginales hétérosexuelles.

Coït anal : pratique sexuelle qui implique l’intromission ou la pénétration du pénis en érection dans l’anus du ou de la partenaire. C’est une relation sexuelle anale dénommée plus communément la sodomie.

 

Coïter : accomplir le coït, s’accoupler.

Coït interrompu : méthode contraceptive qui consiste à interrompre le coït avant l’éjaculation.

Coït vaginal : pratique sexuelle qui implique l’intromission ou la pénétration du pénis dans le vagin. C’est une relation sexuelle vaginale dénommée plus communément la copulation.

Coïtalgie : douleur de la région abdominale ou de la zone vulvaire qui se produit lors de caresses vaginales, lors de la pénétration vaginale, pendant l’orgasme ou au cours d’une relation sexuelle.

Coïtarche : début de relations sexuelles avec pénétration.

Col de l’utérus :

Complexe de castration : en psychanalyse, c’est la réponse fantasmatique aux questions que suscite chez le jeune enfant la différence anatomique des sexes.

Complexe d’Œdipe : en psychanalyse, c’est l’ensemble structuré des désirs amoureux et sexuels, des sentiments d’hostilité et de jalousie que l’enfant éprouve à l’égard de ses parents ou de leurs substituts, au moment culminant du stade phallique.

Condylome : tumeur bénigne appelée aussi crête-de-coq de la peau ou des muqueuses située dans la région génitale ou anale.

Contraception : ensemble des méthodes visant à éviter de façon réversible et temporaire la fécondation. Les moyens de contraception les plus employés par la femme sont « la pilule » qui contient un oestrogène et un progestatif, et « le stérilet », petit appareil introduit dans la cavité utérine et laissé en place plusieurs années. Quant à l’homme, c’est le préservatif qui est le plus satisfaisant à la fois au point de vue contraception et prévention des MST.

Coprophile : c’est une personne atteinte de coprophilie.

Coprophilie : du grec kopros, excrément et philia, amour. C’est le plaisir de manipuler, de toucher, de sentir les produits excrémentiels. En psychiatrie, la paraphilie consiste en des pulsions, des fantasmes et des comportements marqués et persistants impliquant la recherche et l’obtention d’une excitation sexuelle par le contact des excréments humains.

Copulation : c’est le terme employé également pour désigner le coït vaginal.

Cunnilinctus ou cunnilingus : c’est l’excitation buccale des organes génitaux féminins. Cela peut-être le clitoris, les grandes et les petites lèvres ou le vagin.